Lundi, Novembre 12, 2018

CONGO/Martyrs de la Pentecôte : pendaison publique de 4 innocents !

kimbaLes Martyrs de la Pentecôte sont quatre hommes politiques congolais exécutés par pendaison le 1er juin 1966 sous le régime de Joseph-Désiré Mobutu.

Les 4 martyrs sont :

Jérôme Anany, mi­nistre de la Défense dans le gouver­nement de Cyrille Adoula;

Emmanuel Bamba, sénateur et dignitaire de l’église kimbanguiste ;

Évariste Kimba (photo), premier ministre d'octobre 1965 jusqu’en novembre 1965 ;

Alexandre Mahamba, ministre des Affaires foncières dans le gouver­nement de Cyrille Adoula.


Le Stade Kamanyola fut renommé Stade des Martyrs de la Pentecôte en leur honneur.

HISTOIRE

Il y a 47 ans, Mobutu faisait pendre les Martyrs de la Pentecôte au pont Cabu, à l’actuel emplacement du stade des Martyrs. Il s’agit de quatre hommes politiques pendus le jour de la Pentecôte en 1966. Leur procès public, une parodie, qui a drainé un monde fou, estimé à plus de 20 mille personnes, a commencé le mardi 31 mai.

Ci-dessous le film des événements.

Sept mois après sa prise du pouvoir, Mobutu qui tient à marquer son territoire et à prendre ses marques, va planter les décors d’un pouvoir fort : un pouvoir marqué du sceau des préceptes de Machiavel : «Un chef doit chercher à être craint, qu’à être aimé». Dans un scénario imaginé avec un cynisme artistiquement diabolique, Mobutu va tendre un piège à quelques acteurs politiques qui seront accusés de fomenter un coup d’Etat et pendus en public. 

UN POUVOIR FORT

Dès le départ de son régime, au lendemain du coup d’Etat du 24 novembre 1965, le jeune lieutenant-général Mobutu ne fait pas mystère de sa vision du pouvoir : ce sera un régime fort. Très rapidement, il interdit tous les partis politiques pour cinq ans. Deux jours après, il promulgue une ordonnance-loi, qui lui donne le droit de prendre par ordonnances-lois des mesures qui sont du domaine de la loi. Toutefois, ces ordonnances-lois seront soumises au Parlement dans les deux mois pour approbation.

Le même jour, il prend une ordonnance-loi qui étend la compétence des juridictions militaires aux infractions relevant de l’abus du pouvoir, de la corruption. Il diminue les émoluments du personnel politique et de la haute administration : il tient à « balayer la politicaille ».

Le 7 mars 1966, il supprime l’obligation qu’il s’était lui-même faite de soumettre ses ordonnances-lois à l’une des chambres législatives dans les deux mois pour confirmation. S’exprimant devant les deux chambres réunies, il accuse les parlementaires d’avoir abusé de sa confiance et d’avoir fait usage du droit de regard qui leur était laissé sur les ordonnances-lois pour les annuler, alors qu’elles n’avaient qu’un seul but : le bien de la nation. Le mécontentement est général parmi les parlementaires. Beaucoup se taisent au risque de se mettre à dos le général Mobutu.

Mais quelques courageux vont élever le ton. Le sénateur Emile Zola interviendra par motion, pour demander quel rôle jouerait encore le Parlement dans ces conditions : il est fortement applaudi et appuyé par le sénateur Emmanuel Bamba. Pour ce dignitaire de l’Eglise kimbanguiste : «Il est temps de sortir des lâchetés hypocrites». Trois mois après, il sera pendu à l’actuel emplacement du stade des Martyrs avec trois autres personnalités politiques : Evariste Kimba, Alexandre Mahamba et Jérôme Anany. Ce dernier avait été ministre de la Défense dans le gouvernement de Cyrille Adoula (1961-1964, chef-d’Etat major général de l’armée).

Dans ce gouvernement, Mahamba s’occupait des Affaires foncières, tandis que Bamba y avait le portefeuille des finances. Evariste Kimba, quant à lui, était un Muluba du Katanga qui s’était désolidarisé des Balubakat pour travailler avec Moïse Tshombe lors de la sécession du Katanga. Il était ministre des Affaires étrangères de ce gouvernement sécessionniste. A la fin de la sécession en janvier 1963, il rejoint les siens pour prendre la direction de la Balukabat de Jason Sendwe.

Quand Tshombe devient Premier ministre du Congo en juillet 1964, Kimba s’allie à ses opposants de Léopoldville : Victor Nendaka, Cléophas Kamitatu, Justin-Marie Bomboko. En octobre 1965, Kasa-Vubu révoque Moïse Tshombe comme Premier ministre pour le faire remplacer par Kimba ; et ce malgré l’opposition du Parlement où Tshombe était majoritaire avec la Convention nationale du Congo (Conaco). Ce bras de fer donnera l’occasion à Mobutu de faire son coup d’Etat, le 24 novembre 1965.

PIEGE MORTEL

A la prise du pouvoir par les épaules galonnées du Haut commandement de l’armée le 24 novembre 1965, il n’était pas question pour eux de le garder longtemps. C’est au lendemain du coup d’Etat que Mobutu décidera de rester au pouvoir pendant cinq ans. Alors, beaucoup d’hommes politiques vont discuter des possibilités de l’écarter du pouvoir pour revenir au programme initial du Haut commandement de l’armée, tendant à installer un pouvoir temporaire, ayant pour mission d’élaborer une nouvelle Constitution mieux appropriée aux réalités politiques nationales.

Dans ces cercles de discussion se retrouvent aussi des officiers militaires qui demandent à leurs interlocuteurs civils de les renseigner sur la situation politique, car ils estimaient que le pays était sur une mauvaise voie. Ces officiers voulaient avoir une liste de politiciens susceptibles d’être associés à un gouvernement provisoire. Alors que les politiciens n’entrevoyaient aucune méthode, forte pour écarter Mobutu du pouvoir, les officiers militaires radicalisaient la démarche en suggérant des solutions plus brutales : il fallait assassiner le Président Mobutu et le Premier ministre, le général Léonard Mulumba. Parmi ces officiers militaires, celui qui semblait le plus extrémiste était le colonel Bangala (dont le nom est donné à l’avenue qui longe le stade Vélodrome de Kintambo vers la maternité de la même commune).

En réalité, tous ces officiers militaires n’étaient que des appâts pour mieux piéger les politiciens et les pousser à aller plus loin dans la conjuration. A travers eux, Mobutu était régulièrement informé de tous ces contacts. Et il donnait même des consignes pour que ces officiers puissent se montrer très engagés dans l’optique du coup d’Etat. Le dimanche 29 mai 1966, jour de la Pentecôte, un dernier rendez-vous est pris entre les quatre politiciens et six officiers supérieurs. Les derniers réglages, avant de passer aux actes, ont lieu à la résidence du colonel Bangala au quartier Parc Hembrise, à Ma Campagne. Dans le jardin de la villa où tous ces conjurés établissent le dernier plan d’action, sont cachés des commandos. D’autres, déguisés en domestiques, servent la bière. Cette réunion qui avait débuté à 20 heures se termine à une heure du matin. C’est alors qu’interviennent tous ces commandos : les quatre politiciens sont arrêtés, à l’exception des officiers militaires.

Le lendemain lundi 30 mai, au grand matin, le président Mobutu s’adresse au peuple congolais, à travers les ondes de la Radio Congo. Sa voix claque de colère et d’émotion : «Cette nuit, un complot dirigé contre ma personne et le nouveau régime a été ourdi par quelques politiciens irresponsables. Ils ont été arrêtés et seront traduits en justice pour haute trahison. Le complot a été déjoué grâce à la vigilance et la loyauté des membres de l’Armée nationale congolaise. J’invite tous les Congolais à démontrer leur fidélité au régime et leur désapprobation à l’égard de ces traîtres poussés par l’appât du gain. Je vous invite à garder le calme. Faites confiance à la justice ».

Immédiatement après, le Haut-Commissaire à l’Information, Jean-Jacques Kande, informe la nation que quatre ambassades dont celle de la Belgique sont mêlées à ce complot. Il cite notamment le Premier secrétaire de l’ambassade de Belgique Alain Rens qui sera expulsé le même jour du Congo. Jean-Jacques Kande va ajouter que les quatre conjurés avaient promis des « récompenses plantureuses à leurs complices militaires dès que le coup d’Etat allait réussir ». Ces derniers avaient exigé et obtenu la promesse de toucher 30 millions de francs congolais chacun.

TRIBUNAL MILITAIRE

Le même lundi 30 mai, Mobutu crée par ordonnance-loi un tribunal militaire d’exception chargé de juger les quatre conjurés. Dans le même temps, il nomme parmi les officiers supérieurs de l’armée, le président et deux juges. Pour ce procès inique et unique en son genre, il n’y aura pas de droit à la défense ni d’appel : la sentence sera immédiatement exécutoire.

Le procès dit de la Pentecôte, va commencer le mardi 31 mai. Tenu en plein air, ce procès prendra toute la journée devant une nombreuse foule de plus de 20.000 personnes très hostiles et qui le manifestaient bruyamment. Les quatre politiciens sont ligotés et pieds nus. Leur interrogatoire durera deux heures. Des hauts-parleurs retransmettent leurs déclarations, ponctuées par des huées de la foule.

Les conjurés admettent avoir cherché les voies et moyens de remplacer le nouveau régime par un gouvernement provisoire. Toutefois, ils récusent la thèse d’avoir planifié l’assassinat du chef de l’Etat et du Premier ministre. Ils demandent avec insistance que le tribunal militaire puisse entendre aussi, les militaires qui les accusent notamment le colonel Bangala. Malheureusement, les juges estiment inutile une telle confrontation. De fait, cette dernière n’aura jamais lieu.

Emmanuel Bamba avait affirmé qu’au cours de leurs conversations avec ces officiers supérieurs, il avait toujours insisté pour que l’action du coup d’Etat ne puisse entraîner aucune perte en vie humaine. Et d’ajouter qu’il n’avait accepté de participer à ce projet qu’à cette stricte condition-là. Tous les trois autres conjurés soutiendront aussi la même version.

Ce procès expéditif va se clôturer à la hussarde par ces propos sans équivoques de l’officier président du tribunal militaire : « Messieurs, nous sommes ici devant le conseil de guerre, ce n’est pas pour faire des discussions. Nous sommes ici pour punir quelqu’un. Donc, le tribunal militaire ne demande pas beaucoup de temps ». Sur ces mots, la Cour se retire pour délibérer. Ils vont le faire durant seulement cinq minutes, après lesquelles ils reviennent pour annoncer la sentence : la peine de mort pour tous les quatre inculpés.

La sentence de la Cour annonçant la peine de mort pour tous les quatre inculpés va soulever une forte vague d’indignations à travers le monde. Plusieurs démarches seront tentées par des pays européens. Le roi Baudouin des Belges fait une demande personnelle de clémence, qui n’aura aucune chance de réussite : déjà son pays avait été cité par les autorités congolaises, comme complice de la conjuration.

En plus, les relations entre les deux pays sont viciées par le fameux dossier du « contentieux belgo-congolais ». Le général Charles de Gaule mêlera sa voix à celles, notamment, du président américain Lyndon B. Johnson et du Premier ministre britannique Harold Wilson, mais en vain. Sa sainteté, le Pape Paul VI conjure solennellement le lieutenant-général Mobutu Joseph-Désiré, de ne pas franchir le Rubicon : aucun succès.

Selon certaines indiscrétions, Mobutu était sensible à toutes ces pressions. Mais, les durs du Haut commandement de l’armée l’avaient menacé de ne pas lui obéir sur ce point, s’il reculait. « Pire, ces faucons le menaçaient même de le renverser aussitôt. Le plus extrémiste de tous, chef d’Etat-major général de l’armée, le général Jean-Louis de Gonzague Bobozo sera plus explicite : « ce sera eux ou toi ».

Finalement, l’exécution aura lieu le lendemain de la sentence, mercredi 1er juin 1966, en présence de plus de 20.000 personnes agglutinées autour de la potence, sur l’actuel emplacement du stade des Martyrs. Le premier à passer à la potence est Evariste Kimba. Sa tête est cachée par une cagoule noire, de même que le bourreau. Il est pieds nus et marche avec beaucoup de difficultés : sans doute, il a dû être torturé avant d’être conduit à la potence. Le bourreau ouvre la trappe. Kimba reste suspendu à la corde, qui sous la pression de son poids et de la force de gravité, lui serre mortellement la gorge, l’étouffe et l’étrangle. Vingt minutes après, il cesse de bouger : il a rendu l’âme sous les yeux d’une foule subitement devenue silencieuse.

Le spectacle est horrible, irréel et quasi hallucinant. Dans un silence à couper aux couteaux, Jérôme Anany subit le même sort, suivi par Alexandre Mahamba. Le notable kimbanguiste, Emmanuel Bamba qui monte le dernier, va résister plus longtemps. Mais, quand brusquement il rend l’âme, un mouvement de panique généralisé s’empare de la foule. Les gens fuient dans tous les sens : même le bourreau.

Dans la soirée, Mobutu s’exprime à la radio, d’une voix ferme et autoritaire : « Le respect dû à un chef, c’est quelque chose de sacré et il fallait frapper par un exemple. On était tellement habitué dans ce pays à des sécessions, à des rebellions. Il fallait couper court à tout cela, pour que les gens ne puissent plus recommencer… Lorsqu’un chef décide, il décide, un point c’est tout. J’ai décidé au nom du Haut commandement que nous sommes au pouvoir pour cinq ans, un point c’est tout. Il n’appartient pas à un groupe de politiciens d’aller se mettre du côté des finances pour provoquer encore des désordres ou des troubles dans ce pays. Ils l’ont fait, il fallait un exemple ».

Dans les jours qui suivent, quelques hommes politiques seront jugés pour complicité, mais avec moins de sévérité. Ce sera, par exemple, le cas de Cléophas Kamitatu, condamné à cinq ans de servitude pénale et envoyé à l’île de Bulabemba où il remplacera son ami du PSA Antoine Gizenga, libéré de là en 1964 par Moïse Tshombe, après trois ans d’incarcération, sur ordre du Premier ministre Cyrille Adoula.

CC

Comments  

 
0 #10 uhosucatolo 2017-01-14 02:52
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #9 ijkoqadhageco 2017-01-14 02:36
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #8 acamozaqoliv 2017-01-13 04:34
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #7 evupuwitojocp 2017-01-13 04:18
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #6 lopiroon 2017-01-13 03:18
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #5 evudoginanix 2017-01-13 03:15
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #4 ixerecosuz 2017-01-13 03:01
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #3 ejnowgoodafa 2017-01-13 02:58
http://dutasterideavod artonline.org/ - dutasterideavod artonline.org.ankor online-purchaselevitra .net.ankor http://20mg-cheapest-pricelevitra.net/
Quote
 
 
0 #2 baby sleep 2016-01-25 00:54
There have also been studies which show that Pacifiers (or your baby's finger) can aid in the reduction of Acid
Reflux. Companies like Fisher Price, Angel Care and Even - Flo
have been making baby products for decades, but technology firms Sony and Philips are
getting into the game with clear LCD monitors and fine-tuned electronics.

By utilizing the infant sleeping bag from birth, consequently,
the routine is put in place, so even when your infant gets a
tad more mature and perhaps will get prepared for night time but remains
up later, the visible help of the infant sleeping bag will let them recognize it is time to rest.


My weblog: baby sleep: http://www.rmutk.ac.th/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=146668
Quote
 
 
0 #1 Jouve skin care 2015-11-20 20:06
I think what you posted was very logical. But, what about this?
what if you composed a catchier title? I mean, I don't wish to tell you how to run your
blog, but what if you added a title to possibly get a person's
attention? I mean CONGO/Martyrs de la Pentecôte : pendaison publique de 4 innocents
! is a little plain. You could peek at Yahoo's front page
and note how they create news headlines to grab viewers to open the links.
You might add a related video or a pic or two to grab people interested
about what you've got to say. Just my opinion, it might bring your
posts a little bit more interesting.

Feel free to surf to my blog ... Jouve skin care: https://www.facebook.com/jover234x/posts/1670866583132013
Quote
 

Add comment


Security code
Refresh



Billet de Ali Kalonga

Dépêches

Please install and publish "2J News Slide Plugin"

Nous Soutenir

In order to view this page you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Rédaction

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Contact: +32  493 43 68 54

alikalonga@culturecongolaise.com