Mercredi, Août 23, 2017

Il n'y a pas des tutsi congolais

tutsiSe référant à l’étude de mes compatriotes José Gaby Tshikuka et Berthe Tshikuka, je partage leur conclusion qu’il n’existe pas des tutsi congolais contrairement à l’affirmation de la campagne médiatique.

Les réfugiés Rwandais arrivés au Congo dans les années 1959 et qui habitaient à Mulenge, une collectivité-chefferie de Bafulero du territoire d’Uvira au Sud-Kivu étaient appelés « Banyamulenge », littéralement « habitants de Mulenge », mais il ne s’agissait pas d’une ethnie congolaise. Aucun document, alors aucun, n’a pu révéler au cours des recherches bibliographiques que les Banyamulenge formaient un groupe ethnique du Congo.

Le recensement opéré peu après le Congrès de Berlin ne stipule pas la présence des Tutsi au Congo. La propagande du vocable, tutsi congolais, s’est intensifiée en 1994 au moment du génocide rwandais.

Les maîtres du Rwanda, c’est-à-dire la minorité tutsi (14 % de la population), ont un agenda caché qui consiste à opérer un déplacement de leur population vers le Kivu où le problème d’espace n’existe pas.

Il faut rappeler que le Rwanda avec une population évaluée à plus de onze millions d’habitants, a la taille de Mbanza-Ngungu. Avec une forte densité de population, 443,8 h/km², le Rwanda convoite le Kivu avec en prime la richesse du sol (pâturage) et du sous-sol (minerai et pétrole) de cette province.

Mais pour accomplir ce dessein, il faut trouver un mécanisme approprié, acceptable et capable d’être justifié devant la communauté internationale et locale dans la région du Kivu et le Congo tout entier.

De  là, est né le concept "Banyamulenge ou Tutsis du Congo", pour promouvoir l’acquisition frauduleuse de la nationalité congolaise par les Tutsi ainsi que leur transfert systématique et massive vers la province du Kivu et dans le reste du Congo.

Ils profitent de la complicité médiatique internationale sur les ethnies d’Afrique pour faire le lobby de ce nouveau concept.

C’est ainsi que tout d’un coup, tous les Tutsis qui ont séjourné au Congo, même pendant 24 heures sont devenus Banyamulenge. C’est par ce même truchement que Bizimana Kahasha alias Bizima est devenu Congolais, alors qu’il est né au Rwanda, des parents Rwandais, et n’avait séjourné au Congo que pendant quelques 3 ans comme étudiant à la faculté de médecine de Lubumbashi avant de devenir Nyamulenge et ministre congolais.

L’objectif inavoué serait de créer un Tutsiland dans la région du Kivu, ensuite procéder à la conquête de toute la nation congolaise, comme première option. La seconde serait de procéder à la sécession et la proclamation d’un Etat Indépendant Tutsi dans la province du Kivu au cas où la conquête du reste du Congo devient impossible.

Actuellement, le Rwanda essaie par ses milices interposées (CNDP, M23) d’imposer la domination et la suprématie des Banyamulenge sur toutes les autres ethnies de la région des grands lacs. Ces étrangers (Banyamulenge) occupent des postes stratégique, politique et militaire, (notamment la présidence de la République), et ont pris les Congolais en otage pour imposer l’hégémonie tutsi.

Le Congo fait donc face à une obsession expansionniste et hégémonique des Tutsi. L’heure est arrivée de comprendre qu’il n’y a pas de Tutsi congolais et de livrer la bataille de la récupération de notre pays car sans combat, il n’y a pas de victoire.

Ali Kalonga



Billet de Ali Kalonga

Dépêches

Please install and publish "2J News Slide Plugin"

Nous Soutenir

In order to view this page you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Rédaction

Ali Kalonga

Directeur de la Rédaction

Contact: +32  493 43 68 54

alikalonga@culturecongolaise.com